Presse

Clôture en apothéose de la huitième édition du Festival International du Film de l’Etudiant :
Création des étudiants récompensée
Le rideau est tombé sur la huitième édition du Festival International du Film de l’Etudiant organisée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI du 15 au 18 décembre 2015par l’Association « Arts et Métiers » avec le soutien de la Commission d’Aide à l’Organisation des Festivals Cinématographiques et le CCM (cinéma ABC, IHB ART MEDIA, Institut Crevantes et l’Ecole des Beaux Arts de Casablanca), et ce sur fond de satisfaction des organisateurs et des partenaires des résultats affichés et de leur engagement de rééditer cet événement estudiantin et de le développer davantage pour lui assurer un plus large rayonnement auprès du public.
La cérémonie de clôture de cette manifestation cinématographique , placée sous le signe « Cinéma de demain », s’est déroulée à l’Institut Cervantès , en présence de plusieurs artistes et créateurs marocains et étrangers et des présidents et invités d’honneur tels que Joan Alvarez Valencia ( Directeur de l’Institut Cervantès de Casablanca), Anas Ben Mamoun ( ex. Président Rotary Club El Fida ), Abderrahmane Rahoule (Directeur de l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Casablanca), Abas Benmamoun (président du Club Rotary Casa-El Fida), Said Nejjar Ouazani( ADG de la Zone 8, Rotary International, District 9010), Leila Abdelaziz Fakhri chef du département « dessins animés »à l’Institut Supérieur du Cinéma au Caire) , Abdellatif Zine ( Artiste peintre et ingénieur culturel), Ouail Saber Abdelmounim (chef du Département Tournage à l’Institut Supérieur du au Caire), Ahmed Chaker ( comédien et réalisateur égyptien), Farid Regragui (réalisateur marocain ), Othmane Benzakour( producteur marocain), Khalil Smayra( Directeur administratif de l’Ecole du Cinéma ALBA , Liban), Mohamed Coubi ( comédien marocain), et bien d’autres encore, qui ont exprimé leur satisfaction de la qualité des activités proposées et de l’ambiance qui y régnait. Ils se sont félicités de l’engouement du public de Casablanca pour cette manifestation artistique qui a drainé de nombreux spectateurs, soulignant l’importance d’étayer cette rencontre et de l’ériger en une tradition annuelle pour encourager l’ancrage de la culture cinématographique au sein de la société et enrichir la dynamique que connaît le paysage audiovisuel au Maroc.
Le programme de la cérémonie de clôture a été marqué par les volets suivants :
Allocution de Wafa Borkadi( présidente du Festival) , Allocution de Said Nejjar ( ADG de la Zone 8, Rotary International, District 9010), hommage au pédagogue et acteur audiovisuel libanais Khali Smayra ( témoignage de Mirna Mefleh chef de département Audiovisuel à l’Université Antonine, Liban ) , hommage à la comédienne marocaine Noujoum Zouhra ( projection d’un percu documentaire et témoignage du critique de cinéma Hassan Narrais et du réalisateur Abdelillah Ajel ), proclamation des résultats et projection de premiers films primés.
A titre d’encouragement et de récompense, le jury des films d’animation composé de Lamia Belkaied (professeur universitaire ESAC, Tunis) présidente), Anwar Khalil (scénariste) et le réalisateur des films 2d Ayoub Borkadi (Membres) a décerné les prix suivants :
1er prix : « le petit cordonnier» de Gallaad Alais et un collectif de l’Ecole ISART
( France ).
2ème prix : « Chteau de sable » de Quentin Sylvain et Deleau Robert, de l‘Ecole ESMA(France).
3ème prix : « Solo » de Nira Alssaroui, l’Institut Supérieur du Cinéma (Egypte).
Quant au jury des films documentaires présidé par Mohamed Minkhar ( réalisateur marocain ), et dont les membres sont Hicham Aayne Alhayate ( réalisateur et scénariste Maroc- Suisse ) et Chafik Ezzougari ( critique d’art et plasticien), il a décerné les prix suivants :
1er prix : « Yaar » de Simon Gillard de l’Ecole INSAS (Belgique).
2ème prix : «Konouz fi Tarek Aliditar » de Aziza Lakrati et Mehdi Chababi (IHB ART MEDIA , Maroc).
3ème prix : « Der Reflektierrende Kafer » d’Oliver Rossol de l’Ecole HFG-, Allemagne.

De son côté, le jury des films de fiction présidé par Kamal Kamal ( réalisateur ) et dont les membres sont Louis Bruno ( réalisateur belge) et Said Khalaf ( réalisateur et scénariste Maroc-Canada ) a bien voulu récompenser la production estudiantine, en remettant les prix suivants:
1er prix : « Des bouts des doigts »de Vuillemin Basile de l’Ecole IAD, Belgique.
2ème prix : « Reconnect» de Roudy Doumit, AKU, Liban).
3ème prix : « Despertar » de Martia Medina Del Valle, ECAM, (Espagne).
Il est à signaler que tous les prix ont été attribués par Rotary Club El Fida.
Tous les festivaliers et les artistes participants s’accordent à dire que cette rencontre annuelle envisage de répondre à un besoin identifié au Maroc en terme de cinématographie estudiantine dans toute sa diversité et sa pluralité : un rendez-vous artistique révélant l’engagement de l’Association Arts et Métiers à répondre concrètement et efficacement à l’appel des étudiants créateurs qui font preuve de leurs savoirs artistiques en la matière.
En tant que espace performant de réflexion et de médiation pour agir et partager, le Festival a gagné le pari de la continuité, en invitant des étudiants d’autres horizons, en l’occurrence l’Egypte, la Tunisie, le Liban, la France , la Belgique , l’Espagne, l’Allemagne et le Maroc.
Sur cet événement artistique , Wafa Bourkadi , présidente du FIFE a écrit : « Le festival International du Film de l’Etudiant se veut un événement cinématographique voire une manifestation culturelle , qui œuvre pour la promotion des films conçus et réalisés par les étudiants dans un esprit d’ouverture, de retrouvaille et d échange et de partage. Il est à rappeler que l’idée de ce festival est venue à partir de l’essor sans précédant que connaît le secteur de l’audiovisuel et du cinéma au Maroc, grâce aux efforts déployés par tous les acteurs concernés qui contribuent au développement et la promotion des métiers du cinéma. Notre événement repose, donc, sur la sensibilisation et l’orientation des jeunes vers des métiers d’avenir dans le but faciliter leur insertion à la vie professionnelle. Nous tenons à vous assurer de notre volonté de faire de ce festival un événement digne de la formation cinématographique d’ici et d’ailleurs, et à la hauteur des attentes de Sa Majesté le Roi Mohamed VI que Dieu l’assiste qui œuvre avec abnégation afin que l’image du Royaume soit , à l’intérieur comme à l’extérieur , celle d’un pays fier de son authenticité, ouvert sur les valeurs de tolérance, de dialogue et de respect de la différence et de la diversité. ».

De son coté, Hassan Narrais (directeur artistique), a bien précisé/ ; « Cette édition constitue déjà une confirmation de la force internationale de notre festival. Elle est aussi la confirmation que notre festival a su capitaliser sur ses acquis et qu’il regarde l’avenir. D’année en année, le festival assume de plus en plus le devenir du cinéma en ce qu’il porte en lui de plus prometteur : sa créativité et sa diversité. Notre festival a aujourd’hui une histoire et un avenir : Une histoire de performances et de rayonnement, et un avenir qui s’avère être des plus prometteurs. Une fois de plus, à travers une programmation particulièrement riche, nous avons révélé une grande diversité des choix, et découvrir certainement de nouveaux talents.
A ce stade, les jeunes en formation, venus de plusieurs pays dans le monde, ont présenté cette année des films qui abordent les sujets les plus divers et avec les technologies les plus variées. Nous avons donc partagé de bons moments et autant d’émotions : Projections, des ateliers, des débats, des hommages, et de nombreuses rencontres qui ont été t organisées pour le plus grand plaisir d’un public qui s’élargit d’une édition à l’autre… ».

Il est à rappeler que cette nouvelle édition, session « Mohamed Bastaoui » se veut un événement artistique et créatif dédiée entièrement aux œuvres créatives des étudiants d’ici et d’ailleurs, tout en œuvrant pour la promotion des films conçus et réalisés par les étudiants lauréats des écoles de cinéma (Documentaire, fiction, expérimental, animation 2D et 3D, clip vidéo) dans un esprit d’ouverture, de retrouvaille et d’échange. La cérémonie d’ouverture a été marquée par un hommage solennel au grand réalisateur et comédien égyptien Ahmed Chakir et au comédien marocain de renom Mohamed Khouyi.

Le Festival International du Film de l’Etudiant ( FIFE) a mené à bien cette année un nouveau répertoire des films, tous genres confondus, et une programmation très riche et varié : projection du film « mouchoirs blancs » du réalisateur marocain Farid Regragui au Cinéma ABC, conférence sur l’écriture du cinéma dans le court métrage donnée par le critique d’art Hassan Narrais ( directeur artistique du FIFE) à IHB ART MEDIA , master classe sur le film 2d animé conjointement par le réalisateur Ayoub Borkadi et le scénariste Anwar Khalil à l’Université Internationale de Casablanca , rencontre sur le cinéma la musique avec l’artiste Abdelfattah Negadi et le réalisateur Kamal Kamal à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Casablanca. Cette base de données s’enrichit davantage au rythme des inscriptions proposées par les écoles qui dispensent les formations techniques et artistiques aux principaux métiers du cinéma et de l’audiovisuel. Ainsi, le festival a fait le pari gagnant d’assurer une riche programmation de films, qui nous procurent des moments de joie et d’enthousiasme et qui nous révèlent toute la richesse de la rencontre interculturelle. FIFE 2015 témoigne du rôle de l’Association « Arts et Métiers » dans le rayonnement des productions conçues et réalisées par les étudiants d’ici et d’ailleurs, et ce en entière collaboration avec toutes les parties prenantes et les organismes concernés : ce rôle conforte ainsi la place du festival dans la cartographie des événements œuvrant pour la promotion des métiers de l’image et du son. C’est toute la persévérance et l’ambition des organisateurs qui souhaitent que cette nouvelle édition assure la continuité de leur rêve initial ; celui de faire de ce festival un champ de réflexion et de création voire un espace idéal de dialogue et de partage entre toutes les cultures du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*